We Have To Survive

90 min   | Tomáš Krupa  |  2025    

 

Une production Hailstone, YUZU Productions, en coproduction avec Radio and Television Slovakia RTVS, ARTE G.E.I.E

 

avec la participation du Slovak Audiovisual Fund, CNC, MEDIA

Ventes internationales TASKOVSKI FILMS

We-Have-to-Survive-Thumbnail-E.jpg
logosbeneficairescreativeeuroperight_fr_

Il est peu probable que l'humanité puisse arrêter le changement climatique, mais elle peut s'adapter à de nouvelles conditions plus difficiles. Quatre histoires, aux quatre coins du monde, racontent ce combat pour la survie de l’humanité.

 

Les Qaanaaq du Groenland font partie des premières victimes du changement climatique, avec la fonte des glaces. Jorgen Umaq, un chasseur local, a dû modifier ses vieux itinéraires de chasse. Certains de ses collègues chasseurs ont plutôt décidé de suivre des opportunités inattendues dans l'agriculture. De nombreux habitants de la Louisiane, aux États-Unis, sont engagés dans une lutte permanente contre la montée des eaux, mais dans le cas de l’Isle de Jean Charles, il est clair que l'eau a gagné. L’île habitée a perdu plus de 90 % de sa surface. Le père Roch Naquin, un prêtre catholique, tente de convaincre les membres divisés des 24 dernières familles de déménager sur des terres plus élevées et de reconstruire la communauté avant que l’irréparable ne se produise. À Coober Pedy, en Australie-Méridionale, les températures diurnes atteignent 55 degrés Celsius. Rod Wells, un ancien mineur d'opale, vit dans un "dugout". Tout, y compris les églises, l'école, la librairie et les hôtels, est ensevelli. Une communauté de mineurs locaux dirigée par Rod a été engagée pour aider à transformer la ville désertique en une oasis d'énergie essentiellement renouvelable. Guo Kaiming n’avait pas imaginé rejoindre les réfugiés climatiques. Quatre générations de sa famille vivaient au bord d'un lac dans une communauté prospère attenante au désert de Gobi, non loin d'Oulan-Bator en Mongolie. Les habitants qui vivent en bordure des déserts tentent aujourd’hui de limiter l'extension du sable. Avec les autorités locales, ils plantent des arbres pour bloquer le vent et stabiliser le sol. Le processus d'adaptation par lequel passent les protagonistes, dans le but de preserver des conditions de vie dignes, est la base de la narration du film.